10 min de lecture

Recharge à domicile : faire le choix de l’électricité verte

3 mars 2022

Rouler en voiture électrique plutôt qu’en essence ou diesel est un excellent geste contre la pollution de l’air et le dérèglement climatique. Toutefois, son impact environnemental varie fortement en fonction de l’origine de l’électricité. Comment être sûr de recharger à partir d’énergies bas-carbone et renouvelables ? Voici quelques astuces pour rendre votre voiture électrique encore plus « verte ».

Il y a une multitude de techniques pour produire de l’électricité. De la plus carbonée avec les centrales à charbon, à la plus respectueuse avec les barrages, éoliennes et panneaux solaires. Comme n’importe quel appareil, une voiture électrique est donc plus écologique lorsqu’elle fonctionne avec des énergies renouvelables et bas-carbone.

Le saviez-vous ?

Utiliser un véhicule électrique plutôt qu’une voiture essence revient à diviser par 11 ses émissions de CO2.

La voiture électrique : plus propre en France qu’ailleurs

En France, nous bénéficions d’un système électrique parmi les plus décarbonés du monde. Selon RTE, le gestionnaire du réseau national d’électricité, notre énergie provient principalement des centrales nucléaires (67 %) et hydroélectriques (13 %), des éoliennes (7,9 %), des panneaux solaires (2,5 %) et de la biomasse (1,9 %). Les centrales au charbon et au gaz, qui sont les plus polluantes, représentent toujours 7,5 % de la production électrique nationale.

D’après Nowtricity, 1 kWh produit en 2020 en France correspond à 56 grammes de CO2 rejetés en moyenne. Utiliser un véhicule électrique plutôt qu’une voiture essence revient donc à diviser par 11 ses émissions. Tous les pays ne peuvent malheureusement pas en dire autant. En Pologne par exemple, où l’électricité est presque exclusivement générée à partir de charbon, rouler en voiture à batterie est beaucoup plus émetteur de CO2.

À savoir

Si la voiture électrique a plus ou moins d’impact sur le climat en fonction de l’intensité carbone de son électricité, elle reste très avantageuse sur le plan sanitaire. En effet, elle ne dégrade pas la qualité de l’air sur son passage et ne rejette donc aucun polluant sous les fenêtres de nos habitations. Son faible niveau d’émissions sonores contribue également à une meilleure qualité de vie en ville comme à la campagne.

Quelle quantité de CO2 émet indirectement une voiture électrique ?

En NorvègeEn FranceEn AllemagneEn Pologne
4,9 g/km10,1 g/km94,3 g/km133,4 g/km

Rejets liés à la recharge d’un véhicule consommant 18 kWh/100 km. Calcul basé sur l’intensité carbone moyenne par kWh produit de chaque pays en 2021 (Norvège : 27 g/kWh, France : 56 g/kWh, Allemagne : 524 g/kWh, Pologne : 741 g/kWh). Source : Nowtricity

En comparaison, une citadine essence récente de 65 ch émet 116 g/km et une citadine diesel récente de 100 ch 111 g/km de CO2.

Chacun, à son niveau, peut réduire les émissions de CO2 liées à la recharge de sa voiture électrique. Voici quelques astuces à connaître :

Recharger pendant les heures creuses

L’intensité carbone de l’électricité varie constamment au fil de la journée et des saisons. Elle est plus élevée pendant les pics de consommation, entre 7 h et 12 h puis entre 17 h et 20 h. Le phénomène est particulièrement marqué en hiver, lorsque la consommation nationale est dopée par les besoins en chauffage. En effet, ces pics sollicitent fortement les centrales au gaz et au charbon, qui libèrent de grandes quantités de dioxyde de carbone. Pendant l’hiver en France, les rejets peuvent passer d’environ 50 g CO2/kWh la nuit à plus de 120 g CO2 /kWh pendant les pics.

Pour éviter de faire le plein lorsque les centrales thermiques fonctionnent à haut régime, il faut donc programmer ses recharges durant les heures creuses. La demande en énergie étant moins forte sur ces créneaux horaires, le prix du kWh est réduit. Afin d’en bénéficier, vous devez souscrire à un contrat d’électricité « heures pleines / heures creuses » ou « heures super creuses » auprès du fournisseur de votre choix. N’hésitez pas à comparer les offres pour obtenir les meilleurs tarifs.

Prix du kWh selon les formules d’abonnement d’électricité (à comparer avec un tarif fixe de 0,1605 €)

Heures pleinesHeures creusesHeures super creuses
0,1821 €0,1360 €0,1106 €

Tarifs réglementés (sauf heures super creuses de TotalEnergies) au 24/01/2022 pour une puissance souscrite de 9 kVA.

8 heures creuses/jour : c'est suffisant pour recharger votre voiture électrique à moindre coût.

Les plages d’heures creuses varient pour chaque utilisateur et sont communiquées par votre fournisseur. Elles s’étalent généralement entre 22 h et 8 h et/ou entre 14 h et 17 h. Dans tous les cas, vous bénéficiez d’un total de 8 heures creuses chaque jour. C’est suffisant pour recharger votre voiture électrique à moindre coût… financier et écologique !

Afin que votre voiture électrique déclenche la recharge automatiquement durant les heures creuses, il existe plusieurs méthodes :

L’ordinateur de bord d’une voiture électrique propose souvent une fonction de programmation de la recharge. Il vous suffit de renseigner les horaires via l’écran et votre véhicule, puis de le brancher. La voiture lancera ensuite la recharge sur les plages que vous aurez spécifiées. Cette fonction peut également être réglée via l’application smartphone du constructeur de votre véhicule, lorsque celle-ci existe.

La prise programmable : si vous rechargez sur une prise domestique ou renforcée, vous pouvez y brancher un simple programmateur horaire. Il s’agit d’un petit boîtier économique (de 5 à 20 €) et très facile à utiliser, qui permet de sélectionner les horaires de mise sous tension. Certaines prises sont connectées en Wifi, pour contrôler la recharge à distance et parfois connaître la consommation électrique de votre véhicule. Veillez à choisir un modèle acceptant une intensité d’au moins 16 ampères.

La borne intelligente : certaines bornes de recharge domestiques (appelées « wallbox ») offrent des fonctionnalités connectées, comprenant la programmation des horaires de recharge. Dans ce cas, vous devez renseigner les horaires de recharge dans l’application smartphone. D’autres modèles reçoivent directement le signal horaire fourni par Enedis via le « fil pilote » qui provient de votre compteur électrique. Ainsi, vous n’avez rien d’autre à faire que d’activer la fonction « heures creuses » et de brancher votre voiture.

Installer des panneaux solaires chez soi

Vous résidez en maison individuelle ? En équipant votre toit de panneaux photovoltaïques, vous pourrez recharger avec votre propre électricité bas carbone ! Ce n’est pas une fantaisie. De nombreux propriétaires de villas et pavillons ont déjà sauté le pas, qu’ils disposent ou non d’une voiture électrique. Le tarif des capteurs solaires a drastiquement diminué ces dernières années.

Une installation solaire est rentabilisée en une dizaine d’années, pour une durée de vie de 25 à 30 ans.

Pour environ 10 000 €, soit le prix d’une petite citadine d’entrée de gamme, il est désormais possible d’obtenir sa propre centrale photovoltaïque de 6 kWc. Elle sera rentabilisée en une dizaine d’années, pour une durée de vie de 25 à 30 ans. Vous devez simplement choisir parmi les différents types de production :

  • L’autoconsommation seule : les panneaux alimentent le système électrique de votre habitation sans aller sur le réseau public en cas de surproduction. Cette solution est intéressante uniquement si vous consommez de l’électricité principalement en journée, pendant les heures d’ensoleillement. Si vous ne rechargez votre véhicule que la nuit, l’autoconsommation n’est pas intéressante.
  • L’autoconsommation avec injection sur le réseau : les panneaux alimentent votre maison en injectant la production excédentaire sur le réseau public. Vous êtes rémunéré pour chaque kWh injecté, ce qui permet d’augmenter la rentabilité de l’installation. Ainsi, vous pouvez recharger votre voiture de nuit comme de jour : l’énergie vendue en journée compensera une grande partie de celle achetée la nuit.
  • L’injection seule : les panneaux injectent la totalité de leur production sur le réseau public. C’est la solution la plus rentable, car elle est la mieux rémunérée. Le tarif de rachat du kWh est plus élevé qu’en autoconsommation avec injection mais également supérieur à celui que vous achetez en heures creuses pour recharger votre voiture.
  • Le stockage : cette solution consiste à stocker chez vous toute ou partie de la production des panneaux. Elle est peu plébiscitée car très coûteuse, en raison du prix élevé des batteries. Son avantage est de pouvoir utiliser l’énergie produite à n’importe quel moment du jour ou de la nuit, sans avoir à acheter de l’électricité au réseau.

Choisir un fournisseur d’électricité bas carbone

Si les électrons qui circulent sur le réseau n’ont ni odeur ni couleur, ce n’est pas le cas des centrales qui les produisent. Comment être sûr de consommer de l’électricité générée par des moyens renouvelables et bas carbone ? En optant pour un fournisseur qui en produit ou en achète comme Enercoop, Planète Oui, Ilek ou Ekwateur (en option).

À l’inverse, certains fournisseurs exploitent des centrales thermiques et/ou achètent de l’électricité totalement ou en partie carbonée. C’est notamment le cas d’Eni, TotalEnergies, Engie, Iberdrola et Vatenfall. EDF est un cas à part : la majorité de sa production est bas carbone grâce à ses centrales nucléaires et hydroélectriques mais l’opérateur national exploite toujours de nombreuses centrales à charbon, gaz et fioul.

Bon à savoir

Ne vous fiez pas aux offres « vertes » uniquement basées sur le mécanisme des garanties d’origine. Ce système ne permet pas d’assurer que votre électricité a été achetée à des centrales renouvelables ou bas carbone françaises.

Utiliser un service de pilotage de la recharge

Cette solution consiste à laisser un « opérateur d’effacement » lancer et stopper la recharge de votre voiture électrique en fonction des besoins du réseau public. Un « opérateur d’effacement » est une entreprise qui reporte le fonctionnement d’appareils électriques gourmands, principalement pendant les pics de consommation. Ce principe est appelé « effacement ». Elle rend service au réseau en évitant une trop forte sollicitation des lignes et des centrales. En coupant automatiquement les consommations pendant quelques dizaines de minutes, le système d’économiser et de contribuer à réduire l’utilisation de centrales polluantes.

Une seule société propose actuellement ce service aux propriétaires de véhicules électriques. Baptisée « Jedlix », elle propose même de rémunérer les utilisateurs à hauteur de quelques centimes d’euros par kWh « effacé ».

Aucun appareil supplémentaire n’est requis si vous possédez un modèle compatible (Tesla, Audi e-Tron, BMW i3 et iX, Mini Electric, Jaguar i-Pace au 24/01/22). Le cas échéant, vous devez utiliser une wallbox spécifique. Via l’application smartphone Jedlix, il vous suffit de renseigner vos besoins de recharge (atteindre tel pourcentage de batterie à telle heure). L’opérateur d’effacement pilote ensuite la charge de votre véhicule sans que vous n’ayez à intervenir. Cette solution est pour l’instant confidentielle, mais elle est appelée à se démocratiser dans les années à venir.

Ne ratez rien du média Roole ! Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter.