3 min de lecture

Fin du thermique en 2035 : ce que les automobilistes doivent retenir

9 juin 2022

Mercredi 8 juin 2022, le Parlement européen a voté pour l’interdiction de la vente de voitures neuves à moteur thermique dans l’Union européenne à partir de 2035. Une décision qui inquiète et soulève un certain nombre de questions chez les automobilistes. On vous dit ce qu’il faut retenir de cette annonce qui fait beaucoup parler.

Réunis à Strasbourg, les eurodéputés se sont prononcés sur plusieurs mesures du « paquet climat », un ensemble de textes nommé « Fit for 55 » (Paré pour 55) en référence à l'objectif de l'Union européenne de réduire ses émissions de 55 % d'ici 2030. Parmi ces propositions, l’interdiction dès 2035 des voitures thermiques neuves a été adoptée.

Véhicules « zéro émission » = véhicules 100 % électriques

« Avec le vote mettant fin à la vente de voitures non zéro émissions en 2035, nous prenons une décision historique qui nous mène vers une nouvelle ère : celle de la neutralité climat » a déclaré Pascal Canfin, Président de la commission Environnement du Parlement européen.

Que faut-il entendre par « voitures non zéro émission » ? Tous les véhicules équipés d’un moteur thermique. Autrement dit, sont concernées par cette interdiction les voitures essence, diesel, E85, GNV, GPL mais aussi hybrides et hybrides rechargeables.

A savoir

Une voiture hybride rechargeable émet du CO2. Elle en émet même dans des proportions plus grandes qu’une voiture essence dès lors qu’elle n’est pas rechargée régulièrement, en raison du poids de sa batterie.

En d’autres termes, seuls les véhicules dits « zéro émissions », c’est-à-dire n’émettant pas de CO2 à l’usage, pourront être mis en circulation : les véhicules à hydrogène et surtout les véhicules 100 % électriques. Ces derniers sont jugés plus propres que les véhicules thermiques sur l’ensemble du cycle de vie.

Les voitures thermiques bannies des ventes neuves, pas de la circulation

Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’à partir du 1er janvier 2035, les constructeurs automobiles auront l’obligation de mettre sur le marché des voitures (et véhicules utilitaires légers) dits « zéro émission » uniquement. Cela ne veut pas dire que les voitures thermiques déjà en circulation seront interdites de circuler à partir de cette date. Il existera par ailleurs encore un marché de l’occasion du véhicule thermique. Si on considère qu’une voiture a en moyenne une durée de vie de 15 ans, on peut même imaginer que des voitures thermiques circuleront jusqu’en 2050 au moins. Sous réserve des restrictions de circulation bien entendu…

Un calendrier moins contraignant que celui des ZFE

Pour de nombreux automobilistes, cette interdiction est finalement moins contraignante qu’une mesure déjà actée en France : la ZFE-m.

Si l’on en croit le calendrier de déploiement de ces Zones à faibles émissions mobilité, les voitures diesel (y compris les plus récentes) seront interdites de circulation dans le Grand Paris dès janvier 2024, dans la métropole de Lyon d’ici à 2026 et dans la métropole de Strasbourg à partir de 2028. Et ce n’est pas fini : au total, près de 45 agglomérations devront avoir mis en place une ZFE-m d’ici le 31 décembre 2024.

Ne ratez rien du média Roole ! Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter.