• Accueil
  • Vidéos

La Haute-Savoie hors saison : road trip ressourçant entre lacs et sommets

Par Fleur Amoignon

Partager cet article

La douceur de vivre en Haute-Savoie n’est plus à démontrer : la région, dont la star est le Mont Blanc, regorge d’activités et de paysages d’exception qui font du bien au corps et à l’esprit. Les Rooleurs, on vous emmène en balade au bord de lacs scintillants, aux sommets de monts aux panoramas admirables, dans des villages au rythme apaisant... Le tout sur fond de gastronomie savoyarde évidemment !

Le Lac du Bourget road trip en Haute-Savoie
Le Lac du Bourget ©Getty - HagerPhoto

A la montagne, l’hiver est la saison des rendez-vous au sommet. Mais les autres périodes de l'année y réservent d’autres merveilles à explorer. La preuve dans ce road trip !

Jour 1 : Chambéry, Aix-Les-Bains et le Lac du Bourget 

Ce road trip en Haute-Savoie commence en ville, à Chambéry, une cité pleine de charme et chargée d'histoire. Une visite guidée (organisée toute l’année et truffée d’anecdotes) nous emmène découvrir l’ancien Chambéry, qui abrite de nombreux “passages-allées” datant du Moyen-Âge et permettant d'aller d’une rue à l’autre en traversant des hôtels particuliers. On se laisse porter jusqu’au Château des Ducs de Savoie, aujourd’hui siège de la Préfecture et du Département et on pénètre dans la Sainte-Chapelle et la cour d’honneur.

Les amateurs de littérature seront ravis de pénétrer aux Charmettes, une maison habitée par Jean-Jacques Rousseau pendant ses jeunes années, à cinq minutes en voiture sur les hauteurs de la ville. On y vient aussi pour le jardin botanique.

La vieille ville de Chambéry. ©Office du tourisme Chambéry
La vieille ville de Chambéry. ©Office du tourisme Chambéry

Quand vient l’heure du déjeuner, on s’attable à La Carotte Rôtie. Difficile de conseiller un plat en particulier car la carte change très régulièrement. En tout cas, on se régale des recettes de grand-mère avec des influences du monde. Ici pas de chichi : une déco simple (et colorée !) et une même assiette pour l’entrée et le plat principal. Il est toujours bon de réserver !

En chemin vers le Lac du Bourget, on fait une halte à Aix-Les-Bains. On y vient pour ses vestiges médiévaux (le Château de la Roche du Roi, qu’on découvre seulement de l’extérieur), ses vestiges romains (les thermes, l’Arc de Campanus) sa proximité avec la nature - le Parc floral des Thermes, les gorges du Sierroz (on part en balade le long des gorges, en plein cœur de la ville !) ou encore le Lac du Bourget… que l’on peut traverser pour rejoindre un autre joyau du patrimoine français : l’Abbaye d’Hautecombe. Si la météo ne le permet pas, on peut s’y rendre aussi par la route !

Alors que le soleil commence doucement à décliner, on s’installe au belvédère d’Ontex ou au Belvédère de la Chambotte pour profiter d'une vue imprenable sur le Lac du Bourget (les deux spots sont accessibles en voiture). Cette vue, aux nuances de bleu et de vert, a un effet apaisant immédiat : il suffit de respirer profondément et d'ouvrir bien grands les yeux !

La vue du Belvédère de la Chambotte sur le Lac du Bourget. ©Corine Bertholet
La vue du Belvédère de la Chambotte sur le Lac du Bourget. ©Corine Bertholet

Le menu du Chalet des Trappeurs fait oublier l’heure de route nécessaire pour rejoindre cette adresse authentique. Une carte réconfortante, où l’on doit choisir entre des spécialités traditionnelles : diots au vin blanc de Savoie, reblochonnade, fondue au gruyère des Bauges, l’incontournable raclette au feu de bois…

Plus qu’un quart d’heure de route pour atteindre le gîte écologique de Marie Christine et Gilles, La Ferme de Noémie, où l’on passe la nuit. On s’endort au cœur du parc régional des Bauges, dans cette vieille ferme entièrement rénovée, où les convictions pour la protection de la nature sont profondément ancrées.

Jour 2 : autour d’Annecy, du plateau de Semnoz à la Réserve Naturelle du Roc de Chère

A peine réveillé, on saute dans nos vêtements pour aller déguster le petit-déjeuner. Au menu : des produits maison, des confitures, des jus de pommes ou de poires bio de la ferme… La meilleure façon de commencer cette deuxième journée de road trip !

Longtemps sur le podium des villes où il fait le plus bon vivre, Annecy reste un incontournable de la région et nous avions déjà noté quelques bonnes idées si vous souhaitez y faire un tour.

Pour ce road trip, on prend directement la direction du Crêt de Châtillon et du plateau du Semnoz. Le Crêt de Châtillon (1 702 m) est le plus haut sommet du Semnoz et offre une vue panoramique superbe d’où l’on aperçoit le Lac d'Annecy, le Mont Blanc, le massif des Bauges, Le lac du Bourget… Il est très facile d'y accéder : il y a plusieurs parkings d’où l’on rejoint la table d'orientation. Pour apprécier pleinement les paysages et la tranquillité du lieu (avant que trop de monde n’arrive), on privilégie la balade tôt le matin.

D’ici, on peut prendre le temps d’explorer les environs : on opte pour l’une des nombreuses balades balisées à travers les bois et quelques alpages.

Randonnée sur le plateau de Semnoz. ©sentier-nature.com
Randonnée sur le plateau de Semnoz. ©sentier-nature.com

Plateau du Semnoz

74540 Viuz-la-Chiésaz

On rejoint Annecy pour le déjeuner et plus précisément, le Bistro Sauvage d’Aurore et Olivier. Ce lieu plein de vie et de sourires sera aussi bon pour votre moral que pour vos papilles ! Car oui, les assiettes sont délicieuses, les recettes raisonnées et les produits du coin.

On se régale au Bistro Sauvage à Annecy ! ©Bistro Sauvage
On se régale au Bistro Sauvage à Annecy ! ©Bistro Sauvage

Et si on enchaînait avec une balade digestive ? Le tour du Roc de Chère qui part du golfe du Lac d’Annecy est idéal ! Cette boucle de 2 kilomètres environ est facile (aussi bien pour les adultes que les plus jeunes) et nous donne un aperçu de cette réserve naturelle aux paysages contrastés. On peut s’arrêter au Belvédère de la Crête pour apprécier un une jolie vue panoramique.

Réserve Naturelle du Roc de Chère

258 Sent. du Clos de Chère, 74290 Talloires-Montmin

Le col de la Forclaz, accessible en une quinzaine de minutes de marche (en montée) depuis le parking, est un autre spot idéal pour profiter d'une vue imprenable sur le Lac d’Annecy (à admirer au lever ou au coucher de soleil !).

Le point de vue du Col de la Forclaz. ©L’Oeil d’Eos
Le point de vue du Col de la Forclaz. ©L’Oeil d’Eos

Pour la nuit, on retrouve les hauteurs du Semnoz (et non le Canada comme on pourrait presque le croire !). Chez Alpes-Bivouac, on choisit entre la tente trappeur, l’Alti-Dôme panoramique ou l’igloo. Des logements insolites au cœur de la forêt !
Le dépaysement est total et le charme opère immédiatement : un petit bar dans un chalet en bois, des planches de produits du terroir à déguster pour dîner autour d’un feu de camp…

Jour 3 : le Mont Salève et le temple bouddhiste ​Shedrub Choekhor Ling

Après une douce nuit en pleine nature, direction le Mont Salève, à une petite heure en voiture. On se rapproche de la frontière avec la Suisse : on aperçoit Genève du sommet (accessible à pied, en voiture ou par téléphérique). Le sentier de l’observatoire est une bonne option pour ceux qui veulent s'émerveiller devant les paysages sans trop se fatiguer. Un peu plus challengeant - et tout aussi dépaysant - le sentier du Pas de l’Échelle. Toutes les informations sur les randonnées sont à retrouver ici.

Pour pique-niquer en chemin, on a prévu de bons produits locaux comme un saucisson, un fromage (reblochon, tomme, beaufort), une tartelette aux myrtilles… À déguster sur le pouce.

Si vous êtes amateur de sensations, vous vous régalerez dans les airs avec l’école de parapente du Salève. On survole des paysages entre ville, montagne et lac. D’en haut, on accède à un point de vue privilégié, d’où l’on prend la mesure de l’immensité et de la beauté des lieux.

Une descente en parapente à Salève. ©Salève Airlines
Une descente en parapente à Salève. ©Salève Airlines

Pour ceux qui préfèrent rester les pieds sur terre, il y a l’option de la boucle du Grand Piton, le point culminant du Salève, à 1380 mètres d’altitude. Encore une fois, l’itinéraire promet de beaux panoramas, une sensation de bien-être et de liberté. Il faut compter un peu plus de 3 heures de marche pour faire le tour.

Boucle du Grand Piton

Au départ du village de Beaumont

Autre garantie d’évasion : la visite du centre bouddhiste, inauguré en 2011 par le Dalaï Lama lui-même ! Le temple est accessible gratuitement au public, de même que certaines méditations. Entre la nature à perte de vue depuis la terrasse, les ondes méditatives et les drapeaux colorés qui flottent dans le vent, on ne peut que s’y sentir bien.

On médite au centre bouddhiste ​Shedrub Choekhor Ling. ©arpenterlechemin.com
On médite au centre bouddhiste ​Shedrub Choekhor Ling. ©arpenterlechemin.com

Après une journée en plein air, vos pas vous mènent jusqu’à l’hôtel restaurant Le Bonheur est dans le Pré, tenu par Ludyvine et Cyril. Pour dîner : un menu unique qui fait la part belle aux produits frais de producteurs locaux et une sélection de vins particulièrement soignée. Et pour dormir, il ne reste qu’à rejoindre sa chambre !

Jour 4 : Yvoire et Evian-Les-Bains, le long du Lac Léman 

En ce quatrième jour, on part à la découverte de jolis villages perchés au bord du célèbre Lac Léman, que l’on partage avec nos voisins suisses. Premier arrêt à Yvoire, classé parmi les “Plus beaux villages de France”. Ce petit village a conservé son âme médiévale (les remparts, les portes fortifiées et son château). On tombe sous le charme de cette “perle du Léman” en flânant dans ses ruelles fleuries et sur le port. Pour éveiller ses sens plus encore, rendez-vous pour une promenade sensorielle au Jardin des Cinq Sens, très bien pensée.

Balade dans le village d'Yvoire, au bord du Lac Léman. ©Roole
Balade dans le village d'Yvoire, au bord du Lac Léman. ©Roole

A l’heure du déjeuner, on s’attable à la Ferme des Alpes. Pas de doute, nous sommes bien en Savoie ! La déco est typique, l’ambiance chaleureuse et la carte met en avant des recettes de la région : des beignets de pomme de terre à la fondue en passant par la tartiflette.

L’après-midi, on se laisse séduire par le charme d’Évian-Les-Bains, reconnue pour son eau, ses thermes et son architecture Art Déco. Après un tour en ville, on fait une balade en bateau électro-solaire pour admirer le Lac Léman d’un autre point de vue. Pendant 45 minutes environ, on navigue sur les eaux douces en écoutant les anecdotes du pilote.

On dîne Chez Mathilde. Dans sa cuisine, on sent l’amour des bons produits, transmis par sa famille (des pêcheurs du Lac Léman) et les chefs étoilés qu’elle a croisés sur sa route. On se régale de l’entrée au dessert.

Les amateurs de musique peuvent terminer cette journée à la Grange au Lac. Cette salle de spectacle pleine de cachet propose une programmation de qualité, avec des concerts toute l’année et à partir de fin juin, les très appréciées Rencontres Musicales d’Évian.

Soirée musicale à la Grange au Lac à Évian-Les-Bains. ©Matthieu Joffres
Soirée musicale à la Grange au Lac à Évian-Les-Bains. ©Matthieu Joffres

On passe la nuit dans la confortable maison d’hôtes d’Hélène et Luc, L’Ourserie, au cœur d’un hameau savoyard.

Jour 5 : le Désert du Platé 

Au réveil, quel plaisir de déguster un petit-déjeuner gourmand (que des produits frais du potager ou des fermes environnantes) !

Sur la route vers le Désert de Platé, on s’arrête à Avoriaz. Cette célèbre station de ski vaut le coup hors saison pour son architecture insolite et son calme puisque le village est “zéro voiture” ! On profite de la halte pour acheter de bons produits pour pique-niquer sur la suite du trajet.

L'architecture atypique de la station balnéaire Avoriaz. ©Alexandre Guirkinger
L'architecture atypique de la station balnéaire Avoriaz. ©Alexandre Guirkinger

En voiture

Avoriaz 1800 est une station piétonne, plusieurs options de parkings s’offrent donc à vous.

On roule ensuite, sur des routes en lacets, jusqu’au prochain stop de la journée : le Désert de Platé, une curiosité géologique encore bien préservée du tourisme de masse (accessible de mai à novembre). On y accède uniquement à pied depuis Plaine-Joux en randonnée ou depuis Flaine en empruntant le téléphérique des Grandes Platières. Ce paysage lunaire est classé et reconnu comme l’un des plus grands lapiaz (formation rocheuse) d’Europe. Les roches calcaires formant ce "désert" sont nées au fond des océans et se sont élevées au moment de la formation des Alpes. On y crapahute en compagnie de marmottes et des bouquetins !

Paysage lunaire dans le Désert de Platé. ©Savoie Mont Blanc
Paysage lunaire dans le Désert de Platé. ©Savoie Mont Blanc

Le Désert de Platé

74740 Sixt-Fer-à-Cheval

On passe la fin de journée, le dîner et la nuit au Refuge du Montenvers, sur les hauteurs. Cette légendaire bâtisse de granit avec vue plongeante sur la Mer de Glace (célèbre glacier du massif du Mont-Blanc) vous plonge dans une atmosphère particulière : on retrouve le charme d’antan, avec de vieilles boiseries foncées au mur, une moquette effet parquet au sol, une lumière tamisée …

Il faut savoir que le site n'est pas accessible en voiture. Pour s’y rendre, un voyage de 20 minutes à bord du train du Montenvers vous attend (attention aux horaires). L’expérience est unique !

Dépaysement au Refuge de Montenvers. © Terminal Neige – Refuge / D.André / S.Abrial / L. Di Orio
Dépaysement au Refuge de Montenvers. © Terminal Neige – Refuge / D.André / S.Abrial / L. Di Orio

En voiture

Avant de prendre le train, vous pouvez stationner votre voiture au parking du Biollay ou au parking des Planards, tous deux proches de la gare du Montenvers et gratuits.

Jour 6 : les thermes de Chamonix 

Après un tour au buffet du petit-déjeuner, attention les yeux de bon matin : le point de vue depuis le refuge est à couper le souffle. Il est difficile de résister bien longtemps à l’appel de l'extérieur ! Si en hiver, on opte naturellement pour une matinée raquettes ou ski , le reste du temps, on peut partir en randonnée sur les sentiers environnants, par exemple sur la Mer de Glace. Être accompagné d’un guide est un bon moyen d’explorer le coin en toute sécurité.

On redescend de la montagne pour rejoindre le centre-ville à l’heure du déjeuner et c’est le chef David Lillieroth qui régale. Suédois d’origine mais fidèle à Chamonix depuis 2005, il propose une cuisine sans frontière qui a de fortes chances de séduire vos papilles ! Ça se passe au Shack, dans une ambiance guinguette savoyarde.

Pour clôturer en douceur ce road trip en Haute-Savoie, on profite d’une autre activité très prisée dans la région : les thermes. On pousse la porte des QC Terme Chamonix et c’est parti pour une parenthèse bien-être au cœur des montagnes, où la détente et la déconnexion sont les maîtres-mots. On se prélasse dans leurs bassins extérieurs avec vue sur le Mont Blanc et on passe des espaces hammam aux saunas, d'une salle de relaxation où l'on flotte dans un hamac à un atelier massage facial… Voilà un road trip d'où l'on sort bien ressourcé !

Parenthèse bien-être aux QC Termes à Chamonix. ©Cœur de Megève
Parenthèse bien-être aux QC Termes à Chamonix. ©Cœur de Megève