• Accueil
  • Vidéos

Covoiturage : une prime de 100 euros à partir du 1er janvier 2023

Par Marine Madelmond

Partager cet article

Dans le cadre du plan de sobriété énergétique, le Gouvernement a annoncé ce jeudi 6 octobre le versement, dès le 1er janvier 2023, d’un bonus financier pour les automobilistes qui pratiqueront le covoiturage.

Deux femmes covoiturent.
Deux femmes covoiturent.

« Dans un contexte marqué par l’accélération du dérèglement climatique et la guerre en Ukraine, la transition énergétique de la France est plus que jamais une priorité. » Ce jeudi 6 octobre, la Première ministre, Élisabeth Borne, la ministre de la Transition Énergétique, Agnès Pannier-Runacher et d’autres membres du Gouvernement ont présenté leur Plan de sobriété énergétique. L’objectif : réduire considérablement la consommation d’énergie et les émissions de CO2 dans les prochaines années.

L’autosolisme dans le viseur

100 €. C’est la somme que le Gouvernement s’engage à verser à tout nouvel utilisateur qui s’inscrira sur une plateforme de covoiturage : « Quand on est une partie du problème, on doit devenir une partie de la solution, a ainsi souligné Clément Beaune, Ministre délégué chargé des Transports. Nous mettrons en place un bonus d’ici le 1er janvier 2023 pour que ceux qui rentrent dans le dispositif de covoiturage ait un avantage financier à le faire. » L’ambition affichée par le Gouvernement : passer de 1,1 à 1,8 passager à horizon 2030.

«  On a les routes, les voitures, les sièges, les applications, Internet… Il ne reste qu’un travail comportemental à faire. »

Nicolas Brusson,
directeur général de Blablacar

Vers du covoiturage « courte distance »

Le covoiturage est-il un bon moyen pour les Français d’alléger leur budget automobile, déjà bien rogné par les hausses des prix des carburants ? Incontestablement, selon Nicolas Brusson, directeur général de Blablacar, qui indique que covoiturer permettrait une économie moyenne de 1 000 € par an. S’il s’est démocratisé pour les trajets longues distances - les trajets de vacances notamment - le covoiturage reste sous-exploité pour les trajets de quelques kilomètres. « On a les routes, les voitures, les sièges, les applications, Internet… Il ne reste qu’un travail comportemental à faire », a-t-il également souligné.

Pour les modalités d'attribution de cette prime « covoiturage », il faudra patienter. D’autres pistes ont par ailleurs été avancées : le développement de parkings à l'entrée des autoroutes et de voies réservées.