Rétrofit : les aides pour convertir un véhicule thermique en électrique

Par Mariane Talbot
Publié le 12/10/2022
Temps de lecture : 4 min
Une voiture rétrofitée Transition One devant un bâtiment

Alors que les ZFE-m se déploient partout en France, l’une des solutions pour rouler dans un véhicule zéro – ou à faibles – émissions est d’en faire retirer le moteur thermique pour installer un moteur électrique à la place. Le rétrofit électrique n’en est encore qu’à ses prémices en France, mais il existe déjà des dispositifs d’aides nationales et locales pour en bénéficier.

Les conditions d'éligibilité

La prime nationale au rétrofit électrique peut être demandée pour trois types de véhicules : les voitures, les camionnettes et 2 ou 3 roues ou quadricycles à moteur. Pour en bénéficier, il faut remplir quelques conditions, quel que soit le véhicule concerné : être majeur, domicilié en France, avoir fait réaliser le rétrofit par un professionnel habilité, sur un véhicule acheté il y a plus d’un an et ayant parcouru au moins 6 000 km. Dans tous les cas, c’est le professionnel rétrofiteur qui fait l’avance de l’aide et la fait apparaître sur votre facture.

Quel montant pour quel véhicule ?

La prime au rétrofit pour les voitures

Le montant de l’aide varie selon le revenu fiscal de référence.

  • Pour un revenu fiscal de référence inférieur ou égal à 13 489 €, le montant de la prime est de 80 % du prix d’achat dans la limite de 5 000 € si l’une des 3 conditions suivantes est remplie : le revenu fiscal de référence est inférieur ou égal à 6 300 € ; vous justifiez d’un trajet domicile-travail d’au moins de 30 km ; vous faites plus de 12 000 km par an avec votre véhicule personnel pour des raisons professionnelles.
  • Pour un revenu fiscal supérieur à 13 489 €, le montant de l’aide est fixé à 2 500 €.

La prime au rétrofit pour les deux roues, trois roues, quadricycles à moteur

La prime est fixée à 1 100 €.

La prime au rétrofit pour les camionnettes

L’aide dépend de la classe du véhicule :

  • Classe I : 40 % du prix d'acquisition dans la limite de 5 000 €
  • Classe II : 40 % du prix d'acquisition dans la limite de 7 000 €
  • Classe III : 40 % du prix d'acquisition dans la limite de 9 000 €

Cumuler aides nationales et régionales

Au-delà de ces aides nationales, plusieurs régions et collectivités offrent des primes « locales » cumulables. C’est le cas par exemple de la Région Grand-Est qui propose une subvention de 50 % du prix d’achat plafonnée à 4 000 €, pour un revenu fiscal de référence inférieur ou égal à 13 489 €. Pour les revenus supérieurs, l’aide atteint 50 % du prix d’achat dans une limite de 2 000 €.

La métropole de Grenoble a également mis en place un soutien aux particuliers pour le rétrofit électrique des petits et grands utilitaires, pouvant aller jusqu’à 12 000 €.

La Région Ile-de-France délivre également une prime individuelle au rétrofit de 2 500 € pour les véhicules thermiques de plus de 5 ans.

Et pour continuer de démocratiser ce processus, l’Association AIRe, qui réunit 15 adhérents « rétrofiteurs », espère obtenir des autorités une augmentation des primes nationales pour atteindre des montants équivalents aux aides à l’achat d’un véhicule électrique neuf.

Ne ratez rien du média Roole ! Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter.